Depuis que le monde est monde, l’homme a apprit à reconnaître les plantes et à les classer selon leur utilité. En prenant exemple sur les animaux et en testant sur lui-même, il s’est aperçu que certaines plantes avaient d’autres propriétés que celles d’être nutritives. Ce savoir était une richesse bien gardée des tribus. Puis, peu à peu, en se sédentarisant et en se modernisant, l’homme a perdu ces connaissances. En Europe, c’est au moyen âge que les autorités mirent à disposition du peuple, des jardins d’herbes appelés : « jardins de simples ». Ils servaient  aux gens de basses classes « les simples », à se guérir des divers maux.

Cette notion de plante utile a malheureusement disparu des pays dit ‘très développés’.

Les herbes ont été qualifiées de « mauvaise », au profit des marchands d’herbicide. Or, nulle plante n’est mauvaise.

Le but de ce thème n’est pas d’énumérer toutes les plantes utiles qu’il existe. Cela n’aurait aucun intérêt, sachant qu’un français n’a pas les mêmes besoins qu’un amazonien ou qu’un chinois. De plus, la plupart des plantes d’utilité courante, a été transformée en médicament (ex : le saule = aspirine).

Nous allons voir des plantes adaptées à nos climats, leurs vertus, qu’elles soient médicinales ou aromatiques, ainsi que la façon de l’utiliser.

            L’Aigremoine Agrimonia eupatoria : aussi appelée « herbe de saint guillaume », on utilise les feuilles et les fleurs en infusion. Elle est efficace contre la toux, les maux de gorge et aide à la digestion.

Agrimonia

            L’Ail Allium : entièrement comestible, sans doute la plante aux mille vertus. Universelle et mystérieuse par sa large utilisation, elle fait partie intégrante des légendes. Chez Allium sativum, le bulbe renfermant les « gousses » est un tonique du sang. Chez Allium schoenoprasum (ciboulette) et A. fistulosum (ciboule), les feuilles sont utilisées en cuisine et aide à digérer. Elle n’a pas fini de nous étonner…

            L’Alchémille Alchemilla mollis : aussi appelée « manteau de Notre-Dame », on l’utilise en infusion pour les problèmes de menstruations (démangeaisons, retour de couche, ménopause…). En décoction, les feuilles luttent contre la diarrhée et l’acné.

Alchemilla_mollis

            Les Artemisia : regroupent plusieurs espèces connues. L’absinthe A. absinthium, longtemps utilisée en liqueur est aujourd’hui interdite. En infusion, elle aide la digestion, combat la fièvre et tonifie le foie. L’estragon A. dracunculus, utilisé en cuisine pour ses propriétés aromatiques, contient vitamines et sels minéraux. L’armoise A. vulgaris, aide la digestion, régularise la menstruation et est beaucoup utilisée en orient dans diverses cultures.

CIMG3431

     La Camomille romaine Chamaemelum nobile : en tisane, les fleurs séchées aident la digestion et sont sédatives. Elles calment les enfants agités, combattent indigestions, nausées, cauchemars et insomnie.

cam011

            Le Fenouil Foeniculum vulgare : est une plante aux saveurs d’anis. Les graines sont bonnes à mâcher pour adoucir l’haleine ou tromper la faim. On peut aussi les infuser pour lutter contre la constipation, faire monter le lait maternel ou régulariser les menstruations. Le fenouil contribuerait à la guérison d’un foie dégradé par l’alcool. Les feuilles sont un tonique de la mémoire et du cerveau.

Fenouil

            La Mélisse Melissa officinalis : aussi appelée Citronelle, elle aromatise plats, huiles et liqueurs. La tisane relaxante a des propriétés sédatives, calme maux de tête et nausées.

CIMG3436

            Les Menthes Mentha sp. : ont un fort pouvoir aromatique. Très utilisées dans les pays arabe, elles entrent dans la composition des thés et parfument plats orientaux. Elles facilitent la digestion et réduisent les flatulences. Il en existe des centaines de variétés.

            Les Origanums : connus sous le nom d’origan ou marjolaine, ils sont essentiellement utilisés pour leurs propriétés aromatiques. Le grand origan entre dans la composition des herbes de provence (avec le thym, le romarin, la sariette et le basilic).

CIMG3435

            La Primevère officinale Primula veris : appelée également « coucou », ses fleurs s’administre en tisane pour lutter contre la tension, maux de tête et rhume.

Primula_veris

            Le Raifort Armoracia rusticana : est utilisé pour ses feuilles et sa racine. Cette dernière stimule la digestion, soulage l’inflammation des gencives et contient vitamines et sels minéraux. On peut la consommer crue en salade et râpée. Astuce : pour pas que la racine ne durcisse, arrosez abondamment en période sèche.

Raifort

Voilà quelques exemples de plantes que l’on peut rencontrer dans la nature ou que l’on a dans son jardin. La liste est longue et mériterait d’être étoffée. Il existe cependant des ouvrages consacrés aux plantes utiles ou médicinales.

Ce qu’il faut retenir, c’est que chaque herbe à des propriétés. Qu’elles soient nutritives, toxiques, aromatiques, urticantes ou calmantes, les plantes sont indispensables à notre survie.

Attention tout de même à ne pas jouer à l’apprenti sorcier, car certaines d’entre elles, mal utilisées, peuvent être mortelles. Alors, renseignez-vous bien avant de vous lancer dans une phytothérapie.